Avertir le modérateur

21/03/2013

Une aventure de galériens ou trois semaines de RER B à la loupe...

Par Ludovic Bu - Expert en mobilité durable

 

premiere.jpg


A l'heure du projet du Nouveau Grand Paris (qui fut le Grand Paris Express) promis pour entre 2025 et 2030, et alors que pleuvent les injonctions à utiliser les transports en commun pour sauver la planète, voici un petit extrait de ce que vit n'importe quel utilisateur régulier du tant décrié RER B (qui va du Nord au Sud de la Région parisienne). Trois semaines prises au hasard, sans qu'aucun événement particulier (vacances, travaux, grèves) ne vienne les perturber.

Un train tous les quarts d'heure. Si tout va bien. Et 17 minutes de trajet entre ma gare de départ (Drancy) et celle d'arrivée (Chatelet les Halles). C'est la promesse. Très rarement tenue. Jugez par vous même.

 

--------  Semaine 1 --------

Lundi 4 février

Matin : le train de 9h05 arrive à 9h14. Et moi qui avait rdv au bureau à 9h30, j'y arrive à 9h40...
deuxieme.jpg
Soir : il est 20h15 lorsque j'arrive sur le quai de Chatelet - trois trains sont annoncés "retardés". Le premier qui va chez nous arrive à 20h40, soit 25 minutes après mon arrivée sur le "magnifique" quai de Chatelet Les Halles. Un endroit où tout le monde veut passer autant de temps si régulièrement (sic).

Mardi 5 et Mercredi 6

Matin : le train de 8h35 arrive à 8h43. Il roule très lentement à partir de La Plaine Stade de France. Et arrive à 9h07 à Chatelet, après 24 minutes de voyage (temps normal de voyage : 17 minutes), soit 41% de temps de trajet en plus.

Mardi soir et mercredi matin j'étais à Bruxelles, donc j'ai été tranquille.

Mercredi soir : retour à Paris. Les trains du RER B ont "entre 10 et 20 minutes de retard" suite à un incident voyageur (c'est quoi ?). Bon, puisque de toute façon, il n'y en a qu'un toutes les 15 minutes, c'est comme si un train avait été annulé. Résultat, le train qui arrive à quai est bondé.

troisieme.jpg

Jeudi 7

RAS. Jour béni de la semaine.

Vendredi 8

Matin : le train de 8h35 arrive à 8h40. J'ai rendez-vous au bureau à 9h. J'y arrive à 9h10... Désormais habituel.

Soir : accident voyageur entre Chatelet et la Gare du Nord. "Un corps trouvé sur les voies" nous annonce t-on ! Aucun train ne passe pendant plusieurs heures. Ma femme et moi rentrons en Autolib. Le RER B meilleur complice de la voiture ?

--------  Semaine 2 --------

Lundi 11

Matin : accident grave de voyageur à La Courneuve vers 8h. Résultat, pas un train avant 2h30 au mieux. Ma femme n'ayant pas le permis, je l'attends pour prendre une autolib (décidément aidée par le RER B). Problème : toutes les stations à proximité de la gare sont vides. Nous devons donc marcher 20 minutes avant de trouver un véhicule. Nous aurions aussi pu prendre le bus 251, puis la ligne 5 du métro, puis enfin la 3. Mais cela nous aurait pris encore plus de temps. Nous arrivons à nos bureaux respectifs, qui sont voisins, vers 10h30, n'ayant pu déposer la voiture à proximité immédiate de nos points de destination. Je devais y être une demi-heure plus tôt pour participer au Comité de Direction. In fine, j'ai raté un point très important. Par chance pour moi, mon Directeur général prend aussi le RER B et sait que je n'y peux pas grand chose.

 

quatrieme.jpg



Soir : à peine ma femme et moi étions descendus sur le quai du RER à Chatelet que ce dernier arrive. Il nous mènera à Drancy sans aucune difficulté. Il y a des jours comme ça aussi.

Mardi 12

Matin : étant en retard, je n'ai pas le temps de me rendre à pied à la gare. Je monte dans le bus 346, qui arrive à la gare une minute après que le RER soit parti. Comme très souvent. Résultat : 15 minutes d'attente avant le suivant... annoncé successivement par l'écran de la gare à 8h52, puis 8h49, puis 8h50, pour finir par arriver à 8h48, avec deux minutes d'avance sur son horaire théorique. Il n'attendra pas 8h50 pour partir, laissant sur le carreau les voyageurs arrivants à la gare juste à temps pour l'horaire officiel de leur train. Eux aussi attendront un quart d'heure. Imaginez le scandale que provoquerait un train grande ligne partant en avance !

Soir : le train pour Drancy est sur le quai de Gare du Nord lorsque j'y arrive. Je monte dedans. Deux minutes après être arrivé sans encombre à Drancy, le bus 346 m'embarque et me dépose à une rue de chez moi. Parfait. Et ça tombe bien, il fait un froid de gueux.

Mercredi 13

Matin : je tente à nouveau le bus. J'ai repéré que pour le train de 8h20, il arrive suffisamment tôt pour que la correspondance s'opère de manière quasi sûre. Ce qui est le cas. Seul ombre au tableau : la gare est fermée. Il est donc impossible à ceux qui en ont besoin d'acheter un ticket au guichet (tout le monde ne sait pas utiliser l'automate qui est dehors). Pour ma part, je fais tout par internet, pour ne pas avoir à subir les aléas des ouvertures et fermetures de la gare de Drancy, dont les horaires sont aléatoires.
Il y a plein de places libres dans le train. Tout roule pour moi, donc. Mais en entrant dans Paris, le train ralentit et mettra plusieurs longues minutes à atteindre Gare du Nord. Dont il partira à 8h41. Il sera aux Halles à 45, soit un temps de trajet rallongé de 10%.
cinquieme.jpg
Soir : à 22h30, départ de Gare du Nord, aucun problème. Tout fonctionne et le train est quasi vide.

Jeudi 14

Matin : 8h, via Twitter (une très bonne source d'information sur les perturbations de trafic), j'apprends que la SNCF diffuse des messages d'amoureux sur le quai à Aulnay sous Bois. Pendant ce temps là, la RATP annonce qu'en "raison de mauvaises conditions météo, le trafic est ralenti sur toute la ligne B du RER ". Moins romantique. La deuxième partie de l'information sera confirmée dix minutes plus tard par la SNCF, mais au nom d'un malaise voyageur. A cause de la pluie sous terre ?
Ma femme, partie un peu avant 8h, vit tout cela de l'intérieur. Elle m'envoie un sms : "pas de RER à 8h05 (retard et donc suppression !?), prise du RER à 8h20 et à 9h, toujours pas à Gare du nord. Soi disant un problème de signalisation, mais trois RER sont passés avant..." Tiens, une troisième explication !
De mon coté, ayant été averti, je tente l'enchaînement bus 251, puis la ligne 5 du métro, puis enfin la 3. Je mets exactement une heure porte à porte !

 

sixieme.jpg



Soir : arrivé à Gare du Nord, j'y vois l'annonce d'un "rail cassé à Denfert et d'un malaise voyageur à Aulnay qui perturbent le trafic". Ça ne change rien pour moi : mon train est annoncé dans 9 minutes. Bon, il arrivera pour de vrai 12 minutes plus tard. Pas très grave.

Vendredi 15

Matin : tout va bien. RAS. Départ à 9h55, arrivée à 10h27 à Gare de Lyon, où j'ai rendez-vous avec des journalistes de France 3. Ils sont en retard. Coincés dans les embouteillages qu'ils sont !

septieme.jpg

Soir : les écrans indiquent que "l'incident à Gentilly est terminé et que le trafic reprend progressivement". Si je n'avais pas lu, je n'aurais pas su, mon train arrivant six minutes après mon arrivée sur le quai.

Samedi 16

Midi : ma femme et moi nous rendons à l'Ile Saint Denis, pour visiter les anciens entrepôts Printemps, qui vont être détruits pour laisser place à un eco-quartier quasi piéton. Un peu de marche, il fait beau donc c'est plutôt agréable, puis nous prenons le bus 151 puis le tram T1. Simple et efficace. Même chemin, inversé, au retour.

--------  Semaine 3 --------

Lundi 18

Matin : Nouveau problème de "signalisation" sur le RER B. Il est 8h50, je dois être à mon bureau à 9h30, pour intervenir dans une réunion semestrielle de tous les cadres de l'entreprise. J'y serais finalement à 9h45. Heureusement, je ne devais pas introduire la réunion.

Soir : je rejoins ma femme sur le quai, à Chatelet Les Halles. Notre train arrive quelques minutes plus tard, et nous rentrons sans encombre.

Mardi 19

Matin : je travaille de chez moi. Heureusement, car c'est à nouveau le bazar. Cette fois, c'est un voyageur malade à Denfert qui oblige les trains à faire demi-tour. Les voyageurs, eux, doivent changer de quai et de train pour poursuivre leur trajet. Toujours via Twitter, certains signalent avoir mis une heure de plus que d'habitude pour arriver à leur destination.

 huitieme.jpg

C'est aussi ce matin là qu'un de mes voisins me dévoile sa nouvelle stratégie pour éviter le RER B. Il prend sa voiture de Drancy à Aulnay sous Bois, pour y attraper un petit gris, train de banlieue vieillot qui dessert la capitale depuis Crepy en Valois (Oise). Ainsi, il passe par d'autres rails, moins encombrés (et, notamment, il ne dépend pas du fameux tunnel entre Gare du Nord et Chatelet les Halles, commun aux lignes B et D et qui pose tant de problèmes).

 

C'est aussi ce jour là que paraît l'article "Choisir son logement en fonction des transports". Je prends les paris que dans quelques années, on publiera des articles sur comment choisir son emploi pour qu'il soit accessible depuis son logement. Ou qu'on aura mis en place des aides au déménagement pour rapprocher logement et emploi.

Soir : je rentre en voiture de service. Un voisin s'est garé devant mon bateau. Je ne peux donc rentrer la voiture dans mon garage.

Mercredi 20

Matin : je retourne à Paris avec la voiture de service vers midi, après un déplacement outre banlieue. Une bonne vingtaine de minutes d'embouteillages plus tard, j'atteins les portes de Paris. Il me faudra 1h15 pour faire tout le trajet (contre 47 minutes en RER, si tout va bien). Le RER, c'est morose, la bagnole, c'est pas rose...

neuvieme.jpg

Soir : RER vers 22h30, depuis Denfert Rochereau. Le train à quai y "stationne", sans qu'aucune annonce n'explique pourquoi. Il partira au bout de quelques minutes. Finalement, j'arrive à Drancy dans un temps quasi normal. Comme le trafic qui, quoi qu'il arrive, est presque toujours annoncé comme "normal".

 

------------------------

 

Le lendemain matin, je me rends chez mon médecin, qui m'arrête pour quelques jours. J'en profite pour cesser également ce relevé. De toute façon, ces 16 jours détaillés montrent ce que nous vivons depuis que nous nous sommes installés dans la banlieue nord : sur 22 trajets, 7 se sont déroulés sans encombre ou annonce anxiogène. Soit un tiers. Tous les autres trajets ont connu des retards, des annulations ou des annonces montrant que le système ne marche pas (sans pour autant que cela ait de conséquence sur notre trajet).

 

dixieme.jpg

Voilà tout ce qui fait que dépendre du RER B est très fatiguant. Car même pour un trajet aussi court que 17 minutes, le voyageur n'est jamais sûr qu'il pourra arriver à bon port dans de bonnes conditions. Notamment, ce qui n'est pas arrivé pendant ces trois semaines, parce qu'il arrive qu'aucun train ne s'arrête pendant une heure dans les gares de Drancy et Blanc Mesnil. Sans parler de ceux qui en payent les conséquences avec des retenues sur salaire ou autres...

Le blog de Ludovic Bu

 

Commentaires

Je comprend complètement ce qu'on peut ressentir, vous feriez le même teste sur la ligne Cergy/Marne la Vallée, vous seriez surpris de voir la similitude des problèmes. Voir même pire des fois . Des pétitions sont même en ligne à cause des problèmes trop régulier du RER A. Au prix des abonnements, c'est vraiment énervant. Des fois, prendre 20 minutes d'avance c'est encore pire que d'en prendre 10 ! Et l'image au niveaux professionnelle en prend un gros coup !

Écrit par : Jerome H | 21/03/2013

Exactement ce que je vis chaque jours, chaque mois...
Je vais l'imprimer et le faire lire à mon patron qui me regarde toujours de travers quand j'arrive en retard en prétextant des problèmes sur le RER B.

Ça parait tellement peu concevable à ceux qui ne l'emprunte pas qu'il y ai autant de problème sur cette ligne, qu'on fini pour passer pour des mythomanes à toujours sortir cette "excuse", alors qu'on subit tout les désagréments.

Pour information, comme supposé dans l'article, mon patron me retire à chaque fois les 15 minutes de retard que je me paie à cause du RER, ce qui correspond à quasi 4h en tout par mois, soit quasi 50€ de moins sur ma paie. Merci la RATP, je paie DEUX fois mon NAVIGO du coup.

Écrit par : KhA | 21/03/2013

Tout comme Jérôme H, votre témoigne me rappelle les conditions que nous vivons sur la partie MLV du RER A.

C'est la partie dont la fréquentation a le plus augmenter, mais la RATP continue à arrêter un train sur 2 à noisy le Grand Mont s'est en heure de pointe, 1/4 à Torcy. Ceux de tranche Bussy / MLV n'ayant que des miettes et çà fait mal quand les réflexions viennent des touristes désespérés à l'idée d'essayer d'aller chez Mickey.

Il y a aussi les arrêts au dernier moment annulés ou au contraire qu'on réouvre, tout çà pour que la RATP n'est pas de pénalité pour les retards. Sympa pour ceux qui veulent descendre au niveau des "petits" arrêts type Lognes, Noisiel.

Je ne parle pas des incidents électriques très courant en ce moment à la Défense, des intempéries, des incidents voyageurs.

Et surtout des sillons programmés par la RATP,c 'est à 3 trains en 5 min en direction de la branche puis plus rien pendant 15-20 min d'où des 1ers trains toujours archi bondés.

La seule bonne nouvelle, c'est l'arrivée des nouvelles rames, bien plus capacitaires et accueillantes que nos vieux 1N ... enfin quand on ne les arrête à Noisy pour les renvoyer desservir les parisiens intra muros qui ont le sait on déjà une offre pléthorique de possibilité de transports, ce qui n'est pas le cas de la banlieue.

Écrit par : scribidouille | 21/03/2013

Je compatis complètement, je prends moi-même le RER B tous les jours, à raison de 40 minutes de trajet. Je me souviens exactement de cette semaine de galère puisque j'étais dans le train de Denfert où a eu lieu l'incident voyageur (qui était en fait une personne ayant fait une attaque cardiaque). Ce jour là, j'ai quand même mis 2h40 pour arriver au bureau .... à ce train-là j'aurais plus vite fait de rentrer en Alsace voir ma famille...


Cette semaine type n'est pas légion, j'arrive effectivement continuellement en retard au travail le matin, et dois en conséquences rattraper ce retard en restant plus tard le soir. Quand je quitte le travail, je m'aperçois que le RER B est encore en retard ... on marche sur la tête.

Mon emploi se trouvant en banlieue, je n'ai quasiment que ce moyen de locomation à partir de gare du Nord pour rejoindre mon bureau.

Je ne comprends pas que personne ne tire la sonnette d'alarme pour cette ligne catastrophique ...

Écrit par : Julie Bellule | 21/03/2013

Ce n'est pas que personne ne tire la sonnette d'alarme, c'est tout simplement que la RATP et la SNCF (les 2 sociétés sont responsables du RER B) s'en foutent !

- Ils n'ont pas de concurrence.
- Nous ne sommes pas des clients mais des usagers.
- Leur travail n'est pas jugé sur les performances et ils sont à l'abris du licenciement

Donc pourquoi travailleraient ils ?
Pourquoi chercheraient ils à améliorer les choses ?

Tout ça n'est que le résultat des syndicats, à force d'en vouloir plus tout en faisant moins, voilà le résultat !
Et si vous osez dire quoi que ce soit : grève !

Courage, on est tous dans la même galère et un jour, ils finiront par le payer...

Écrit par : Nicolas | 21/03/2013

Bonjour,

Je tiens à vous faire partager ce moment d'anthologie de l'usager de la ligne B.
Un matin après qu'il est été fait deux ou trois annonces expliquant perturbations et retards par des motifs différents à chaque annonce (!?!) arrive CETTE annonce.
"En raison de l'affluence voyageurs, nous sommes contraints de supprimer des rames"

J'en rigole encore !!! Et de l'humour, dans les transports parisiens il en faut.

Écrit par : eric carlet | 21/03/2013

Merci pour votre article, il reflète exactement ce que tous les usagers du RER B subissent au quotidien !

Et encore, il faudrait que je fasse de même dans mon coin à savoir la desserte "Robinson", où tous les usagers de cette partie sont dénigrés, ignorés et insultés par la RATP !

Écrit par : Nicolas | 21/03/2013

J'ai travaillé, il y a 5 ans en plein centre de Paris en habitant à Massy (partie sud du RER B). J'avais fait des statistiques sur 2 - 3 mois, et j'avais entre 2 et 3 RER par semaine (soit 20 à 30%) qui respectaient les horaires... J'avais 2 responsables à l'époque : l'un habitait Paris et venait avec sa voiture de fonction et l'autre habitait Versailles et venait en 2 roues. Aucun de mes responsables ne me croyait lorsque j'arrivais avec 10 à 40 mn de retard et j'argumentais en disant qu'il y avait des problèmes de RER. Au guichet de RER ou de métro, il n'était possible d'avoir un justificatif de retard qu'en cas de gros pépin (accident grave de voyageur avec plus d'une heure de retard).
Maintenant, je travaille en banlieue et je prends ma voiture, mais ma fille qui habite chez nous et fait ses études à Paris doit prévoir 1h30 pour arriver à Châtelet le matin pour être à l'heure (pour un horaire "théorique" porte à porte de 45 mn), soit le double du temps officiel....

Écrit par : Sophie | 21/03/2013

Votre récit ne m'étonne pas du tout. Je vis la même chose depuis des années à la différence que je dois prendre 1 train de banlieue et 2 RER. Temps de trajet annoncé par la SNCF : 50 min, temps réel : entre 1h30 et une journée de RTT pour impossibilité de me rendre sur Paris.
Le tout pour plus de 106 euros de pass navigo par mois.
J'avais fait aussi un récap de tous les pb que je rencontrais pendant 2 mois pour prouver à mon ex beau frère qui travaillait pour la SNCF, que "non je n'exagérais pas quand je disais que j'étais malade tout l'hiver à cause de l'attente de mon train dans le froid sur un quai blindé".

Écrit par : floflo | 21/03/2013

Mouai. pour ce qui de dire que c'est une habitude d'arriver en retard au boulot à cause du RER B, c'est facile. Vous connaissez la ligne maintenant on se fait avoir 1 fois ou 2 mais on prend des dispositions, on part plus tôt.
Il faut toujours anticiper des problèmes, il faut savoir que des milliers de voyageurs prennent les transports en Ile-de-France, et entre les suicides/signal d'alarmes/Problèmes techniques/Conditions climatiques...
Je l'ai pris pendant presque 10 ans cette ligne jusqu'en 2010, et une fois les devants il est facile d'arriver à l'heure au travail.
Ce cas n'est pas isolé loin de la, les lignes D & C sont deplorables aussi.
Après il suffit de cumuler les retards de les signaler et la SNCF vous remettra des indemnités. J'ai eu cela pendant des mois difficiles ou Greves & retard consequents.

Écrit par : El padre | 25/03/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu